Après un parcours en neurobiologie, Claire Artemyz commence une formation d’art plastique et d’esthétique en 1997 et débute la pratique photographique. Ses premières recherches plastiques instaurent un dialogue avec des lieux abandonnées qu’elle intitule « lieux blessés » puis elle s’aventure dans le domaine de la vidéo expérimentale. Elle revient à la photographie en 2004 en posant son objectif sur la pratique du tatouage et amorce la série « Paysages », allégories du temps et de la conscience de soi et du monde qui nous entoure. Dans « Paysages de corps » elle nous questionne tour à tour sur le langage corporel et la question de l’identité. Tandis que les photographies de « Paysages de vie » abordent nos origines la mort et le sens du sacré.